3 raisons qui vous empêchent de trouver votre voie professionnelle

Posté le 27/10/2017

3 raisons qui vous empêchent de trouver votre voie professionnelle

 

Si vous lisez ceci, c’est sûrement que :

• vous aimeriez retrouver votre  »drive » d’autrefois, mais au lieu de ça vous sentez votre élan s’éteindre doucement
• vous n’arrivez plus à vous lever le matin tellement que vous manquez de motivation au travail
• vous aimeriez faire autre chose, mais avez l’impression d’être prisonnier de votre salaire

Si vous regardez autour de vous, plusieurs personnes dans votre entourage vivent la même chose. Il est normal de se questionner sur notre vision de la vie que nous vivons versus la vie à laquelle nous aspirons. J’ai moi-même vécu ces périodes de réflexions à différents moments de ma vie et la plus récente, qui selon moi était la pire, fût lorsque j’ai vu la quarantaine arriver.

Ahh, la quarantaine!

J’aurais pu aller dépenser pour une nouvelle coupe de cheveux ou une nouvelle garde-robe; j’aurais pu décider de me remettre en forme ou d’aller suivre des cours de méditation. Ces évasions auraient pu très bien adoucir ma période de questionnements existentiels, comme c’était souvent arrivé dans le passé. Et bien non! Moi, j’ai décidé de me recycler dans une nouvelle carrière car je n’étais pas comblée dans l’emploi que j’occupais.

Si nous sommes chanceux, nos parents nous ont encouragés à faire ce que l’on aime. Ils nous ont fait essayer plein de choses pour nous aider à découvrir nos forces et nos faiblesses. Ils nous ont poussés à nous surpasser et à suivre notre cœur. Ils ont fait un travail qui les valorisait et qui les passionnait. Leur donnant la liberté de choisir la vie qu’ils voulaient. Malheureusement, ce n’est souvent pas l’éducation que nous avons eue. La majorité d’entre nous avons eu l’exemple de trouver un emploi et de la conserver pour les 35 prochaines années, même s’ils étaient misérables. De voir nos parents arriver à la maison épuisés avec aucune patience et souhaitant gagner le 6/49, pour enfin pouvoir faire ce qu’il les passionne et ce qu’ils rêvent de faire.

Certains d’entre vous ont peut-être arrêté l’école, d’autres ont été faire un DEP ou ont continué les études jusqu’à l’université. Peu importe les raisons, que vous n’aimiez pas l’école ou que vous deviez partir de la maison ou que vous pensiez que des bonnes études vous auraient assuré le succès et la liberté.

Toutes les raisons des choix que nous avons faits sont bonnes.

Toutefois, je gagerais ma paye que les décisions ont été prises sans penser clairement à ce que vous vouliez pour votre vie. Sans réfléchir à bâtir la fondation qui vous permettra de vous sentir compétent et accompli dans votre travail. Sans concevoir que vous alliez entrer dans un engrenage qui allait demander beaucoup d’efforts pour vous en sortir, advenant que vous n’étiez pas heureux.

Nous restons dans des emplois que nous n’aimons pas, car c’est notre gagne-pain. C’est avec notre salaire que nous comblons nos besoins essentiels, payer les comptes, les activités des enfants, les vacances, les petits plaisirs de la vie…
Je crois sincèrement que notre voie professionnelle aurait pu être plus directe. Avec quelques arrêts pour permettre de faire le plein et quelques détours sinueux, mais avec moins de nids de poule.

Nous ne pouvons pas changer le passé, je vous suggère même de regarder derrière avec le sourire, reconnaissant de votre vécu et des expériences qui ont aidé à modeler l’être unique et extraordinaire que vous êtes.

Maintenant que vous vous êtes rendus jusqu’ici, à vous questionner et à vouloir créer un changement dans votre vie professionnelle, allons voir qu’est ce que vous pouvez faire.

La raison que nous ne sommes pas comblés est: On choisit un travail en fonction des conditions et non en fonction des tâches pour lesquelles nous sommes payés.

Je m’explique!

Les conditions de travail sont : le salaire, les avantages sociaux, la proximité, le stationnement, l’espace de bureau, les collègues, les bonus, etc.

Les tâches sont : répondre aux appels téléphoniques, faire des rapports, faire des conférences, aller sur la route voir des clients, vendre son produit, donner des soins, faire des inspections, etc.

Vous comprenez l’importance de trouver un travail où nous aimons les tâches ET les conditions de travail. Ceci nous amène à nous réaliser et nous accomplir. À aimer ce que l’on fait, tout en n’ayant pas l’impression de travailler. Tâches n’est pas un mot très séduisant ou stimulant et c’est pour cette raison que je vais employer le mot Passion.
Je vais vous invitez à prendre le temps d’écrire ce qui remonte lorsque vous vous questionnez sur :

– Qu’est-ce qui vous passionne?

Une passion, c’est quelque chose que vous faites qui vous fait sentir vivant, comblé et accompli. Vous ne voyez pas le temps passer et elle vous manque jusqu’à la prochaine fois où vous aurez l’occasion de la répéter.
Demandez-vous ce qui vous fait sentir accompli, comblé et qui vous donne l’impression de contribuer à plus de beauté et de joie dans votre vie. Réaliser dans quoi vous êtes bons. Demandez à votre entourage ils vous voient faire quoi.

– Quelles sont vos valeurs?

Il y a des valeurs sociales qui sont des principes auxquels une société doit se conformer. Cependant, celles dont je vous parle sont vos valeurs individuelles. Les valeurs sont des agents motivateurs qui vous permettent d’être en harmonie. Les connaître vous apporte la facilité de prendre des décisions, car elles vous guident dans la direction de votre MOI intérieur.

Demandez-vous ce qui est important pour vous. Qu’est ce que vous voulez avoir au détriment d’une autre chose? Qu’est-ce qui est plus important que cette autre chose? Pourquoi?

– Quelles sont vos croyances?

Derrière les choix que vous avez faits dans le passé se cachent des croyances. Une croyance est une empreinte mentale de quelque chose expérimentée qui devient pour vous une réalité. Ce sont des généralisations de votre représentation du monde. Elles structurent et façonnent vos comportements. Il existe des croyances aidantes et des croyances limitantes.

Voici des exemples de croyances :

Il faut travailler fort pour réussir.
Il faut souffrir pour être belle.
Je ne peux réussir, car je n’ai pas confiance en moi.
L’argent ne fait pas le bonheur.
Je ne suis rien sans mes enfants.
J’ai besoin de mon conjoint pour m’épanouir.
Wow, regarde son habit, il doit avoir de l’argent.

Demandez-vous des questions commençant par :
Quelle est la cause? Qu’est ce que je crois? C’est dû à quoi? Ça me limite comment? Je sais quoi?

Maintenant que vous vous connaissez un peu plus…
Fermez les yeux un instant et prenez une grande respiration. Comment vous sentez-vous?
Y’a-t-il des émotions qui font surface?
Avez-vous fait des prises de conscience?
Que voulez-vous?
Y’a-t-il des actions que vous pouvez faire aujourd’hui?

Lorsque nous réalisons certaines vérités et que nous apprenons à nous connaître mieux, il n’est plus possible d’ignorer ce que nous sommes et ce que nous voulons. Asteure, avant de prendre une décision prenez le temps d’aller valider si elle est congruente avec vos valeurs. La prochaine étape serait d’établir un objectif.

Parfois, ce n’est pas évident à trouver par soi-même, nous voyons toujours plus clair avec un regard extérieur et nos proches ne sont pas toujours les bonnes personnes pour nous aider à avoir une vision juste et objective. Si vous avez besoin d’aide, communiquez avec moi pour un appel découverte sans frais où je vous guiderai dans le processus en vous posant des questions qui ouvriront les portes de la réflexion qui vient du cœur ♥♥♥

Lire la suite »

La voie du pardon

Posté le 27/10/2017

La voie du pardon

Êtes-vous d’accord qu’il y avait autant de pardons que de victimes? À bien y penser, c’est une très bonne façon de voir les choses puisque cela permet de mieux comprendre la douleur des gens sans la juger. Mis à part les événements que plusieurs pensent impardonnables comme les attentats terroristes ou les Hitler et les Turcotte de ce monde, il y a d’autres sortes de blessures qui ont un effet plus subtil sur la personnalité et qui peuvent affecter nos relations et notre vie dans la manière la plus incognito.

Même si le développement personnel fait partie de ma vie depuis plusieurs années, j’ai été confronté récemment à un mur de brique. Bien que j’avançais à une vitesse acceptable, je suis néanmoins rentré direct dedans sans avoir pu l’éviter. La douleur a été si intense que je ne pensais pas m’en sortir. Heureusement, j’ai été bien accompagné et je suis en processus de guérison.

Comment cette guérison est-elle possible lorsque l’on ne veut pas revivre l’événement, même en pensées? Lorsque l’on ne veut pas réveiller le mal provoqué par les émotions associées à ce souvenir? Qu’est ce qu’on peut faire pour panser ses blessures afin de les aider à cicatriser et finalement ne plus les ressentir?

Pour moi la première étape fut d’admettre que c’était belle et bien arrivé et que je ne pouvais changer le passer. Par contre, j’ai ressenti de la colère et de la culpabilité d’avoir laissé cette blessure contrôler ma vie, car j’ai fait le lien entre toutes les occasions manquées, les chicanes, les malentendus, les ruptures, les incompréhensions et ce bagage un peu trop lourd à porter. J’essayais, en vain, de comprendre pourquoi j’avais vécu ça. J’en avais assez.

Il fallait que je pardonne.

Ouf! Il n’en est pas question! Je ne vais pas affronter cette personne pour lui dire le mal qu’elle m’a fait. Ah non!

Et bien, vous savez quoi, il n’est pas nécessaire de faire une démarche de pardon en face à face. Une chance, car ce n’est pas toujours possible. En revanche, il y a plusieurs étapes que je vous suggère de faire.

  • Ne faites plus l’autruche, si l’occasion évoque toujours des émotions négatives lorsque vous y pensez, c’est qu’elle a toujours une emprise sur votre vie. Faites le choix de ne plus souffrir.
  • Reconnaissez qu’il y a une blessure et accueillez-la.
  • Vivez pleinement les émotions qui surfacent en pensant à la personne impliquée. Dites-vous que vous êtes maintenant en sécurité et que cette personne ne peut plus vous atteindre alors les sentiments, bien qu’encore douloureux, ne peuvent être pires que lorsque c’est arrivé.
  • Ne vous sentez plus coupable, par contre, acceptez votre responsabilité. Vous avez toujours le choix de réagir dans l’amour plutôt que dans la haine.
  • Essayer de comprendre. Cette étape peut paraître la plus difficile même impossible, malgré ça, de découvrir l’intention positive de la blessure, aide à se réconcilier avec. Comprendre les raisons de la personne qui nous a fait du mal ne sert pas à l’excuser, mais sert à reconnaître que l’être humain n’est pas parfait et que toute épreuve nous rend plus forts et nous fait grandir.
  • Prenez le temps qu’il faut. L’impact émotionnel s’est bien incrusté dans votre être. Votre corps psychique nécessite du temps, de la douceur et de l’amour pour guérir et transformer le négatif en positif.
  • Reprenez le contrôle. Votre âme a besoin de sentir que vous êtes maître de votre vie et que vous êtes plus solide. La leçon est maintenant acquise et c’est le temps de tourner la page de ce chapitre.

Lorsque vous prenez la décision de vous libérer, soyez attentif aux signes que la vie vous envoie. Ils peuvent se manifester sous plusieurs formes : une rencontre spéciale; un événement inattendu; un livre qu’on vous conseille ou une phrase entendue à la radio. Le processus de pardon demande beaucoup de compassion et de bienveillance envers soi-même. L’écriture, la méditation et d’autres outils que vous possédez peuvent faciliter la route, il reste qu’on peut sincèrement souhaiter pardonner sans forcément y parvenir…ça peut être un cheminement difficile et exigeant qui demande énergie et force intérieure. Gardez en tête que parfois il peut être essentiel d’être accompagné dans ce changement majeur.

Voyez le pardon comme une voie vers la libération, un chemin vers l’amour propre et un pont vers le futur.pont vers le futurpont vers le futur

Lire la suite »

 

 430, Sir-Wilfrid-Laurier, local  200, Mont-St-Hilaire,  514-656-8094